Un funambule sur le sable by Gilles Marchand

Normalement quand je lis un livre que j’aime, je le dévore. Je ne le laisse pas de côté. Je me réveille même la nuit pour le finir.

Là, j’ai pris mon temps. Quinze jours. Étant donné que je lis en moyenne 3 à 4 livres par semaine, on peut considérer que j’ai mis mille ans.

Ce livre, j’ai voulu le savourer de la première à la dernière page. J’ai arrêté de surligner les phrases à partir de la page numéro 10. Je ne les aurais plus distinguées des autres.
.

D’habitude, je préfère les romans ancrés dans la réalité. Idées reçues : ils m’embarquent immédiatement, me transmettent plus d’émotions, j’apprends plus de choses.

Là, je suis rentrée dans ce livre à la ligne numéro 10. À travers une histoire (en apparence) fantasque, une plume aussi poétique que corrosive, cette histoire m’a transportée et touchée. Gilles raconte des héros du quotidien, ceux qui ne sont pas (tout à fait) comme tout le monde, comme personne.
.

D’habitude, j’arrive à classer les livres dans une catégorie dans ma tête. Celui-ci ne ressemble à aucun autre. Je le classe dans la catégorie : « à découvrir absolument un jour ».
.

Bravo Gilles.
Et Merci à Guillaume, de la @librairielespetitsmots pour ce conseil livresque en or massif.
.

Extrait « Ma mère était professeur de français. Quand on lui demandait si elle avait lu tous les livres de sa bibliothèque, elle répondait que non mais qu’elle avait lu des livres qui ne s’y trouvait pas. J’ai toujours aimé cette phrase qui, dans le fond, n’était pas vraiment une réponse, plutôt une manière d’éluder une question sans intérêt. »

Vous pourriez aussi aimer...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *