L’art de la dédicace

J’aime particulièrement les débuts de romans qui sèment des premières graines avec des épigraphes et/ou des dédicaces.

L’épigraphe, c’est, d’après le Larousse, une pensée ou sentence placée en tête d’un livre, d’un ouvrage ou d’un chapitre pour en résumer l’esprit.

L’épigraphe, c’est, pour moi, emprunter des mots à un autre parce qu’ils ont eu une résonance particulière en nous, qu’ils nous inspirent, et parfois parce que leurs mots expriment, mieux que tout ce qu’on aurait pu écrire, notre pensée ou l’esprit du roman.

Parfois, on saisit le véritable sens de l’épigraphe une fois le livre fini seulement, comme ce fut le cas pour moi avec « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie » de Virginie Grimaldi qui a choisi « Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu’au jour où être fort reste la seule option ». Bob Marley. 

Et puis parfois, après l’épigraphe, vient la dédicace qui est, d’après le Larousse, un hommage qu’un auteur fait de son œuvre à quelqu’un en la lui dédiant par une mention imprimée en tête du livre. C’est fort un hommage, c’est plus qu’un remerciement, c’est l’admiration, la reconnaissance. 

Les dédicaces, je les décortique mot à mot. J’essaie de lire entre les lignes. J’adore ce moment où l’imaginaire se met en marche. 

On retrouve souvent des déclarations d’amour filiales, familiales ou d’amour tout court.

A mes deux grands–mères, à ma mère. 

Pour ma fille Louise.

A X., pour toujours.

Je me demande toujours qui se cache derrière les initiales. J’imagine des prénoms, des personnalités, une histoire d’amour. 

Il y a aussi des déclarations plus mystérieuses (ou plus pudiques ?) comme celle de Marian Levy, « A un prince vraiment très charmant » 

Parfois, la dédicace relate un souvenir sous la forme d’une anecdote comme « A Fabienne, ma sœur, pour tous les Autant en emporte le vent partagés » au début du roman « L’aile des vierges » de Laurence Peyrin. 

Ou un message particulier comme celui de Clarisse Sabard dans son livre « La vie est belle et drôle à la fois » qui a dédicacé son livre « Pour Fanny : parce que tu mérites amplement qu’un roman de Noël te soit dédié. » 

Et puis, il y a d’autres formes de dédicaces, des altruistes, qui portent un message et l’intention du livre comme celle de Laurène Reussard de Mission Séduction « A toutes les personnes qui se sentent jugées, critiquées en permanence et qui oublient être les seules capables de se définir ».

Enfin, il y a l’autre dédicace, celle qu’on reçoit sur les salons de la main propre de l’auteur, une dédicace personnalisée et indélébile sur le livre, comme une reconnaissance de la relation auteur–lecteur qui se crée à travers le partage de l’histoire. 

Et vous, est–ce que vous lisez les dédicaces ? 

Est–ce que vous en avez écrit ?

Est–ce que vous en avez une préférée ? 

Et sinon, je vous ai mis ci–dessous des dédicaces originales qui m’ont fait sourire, peut–être que vous les connaissez déjà (elles sont tirées de la littérature anglo–saxonne qui a une approche beaucoup plus fraîche de la dédicace).

Bonne séance de lectures de dédicaces !

1. 
A ma femme Marganit
et mes enfants Ella Rose et Daniel Adam
sans qui ce livre aurait été terminé deux ans plus tôt.

2.
Pour Carley, une meilleure personne que moi,
et ce même si c’était un chien.

3.
This book be dedicated to Kanye West because he’ll never fuckin’read it. (Ce livre est dédié à Kanye west, parce qu’il ne le lira absolument jamais.)

4.
A ma femme qui n’a étonnamment pas cessé de soutenir l’écriture d’un bouquin traitant de toutes les femmes avec qui j’ai couché avant elle.

5.
Pour ma mère (saute juste les passages sexuels, s’il te plait).

6.
Pour moi.

7.
This book is dedicated to all the family members who were angry that I dedicated the last book to someone who won the dedication in a Twitter contest. 

(Ce livre est dédié à tous les membres de ma famille qui était fâchés que je dédicace le livre d’avant à quelqu’un qui avait gagné ce privilège sur Twitter.)

8.
A ma femme, Karen, qui est à 90% patiente et à 90% une source d’inspiration.
Non, ça fait pas 180%, elle est multitâches.


9. 
For Colin Firth,
You are a really great guy, but I’m married so I think we should just be friends.

10.
Ce livre est dédié à mon père, Joseph Hill Evans, avec amour.
En réalité, papa ne lit jamais de romans, donc si personne ne lui en parle, il ne sera jamais au courant de la dédicace.

11.
Pour mes parents. Votre soutien – et tous les problèmes psys que vous m’avez transmis – ont rendu tout ça possible.

12.
Dedicated to everyone who wonders if I’m writing about them. I am.
(A tous ceux qui se demandent si j’écris à propos d’eux. C’est le cas.)

Source : Topito pour les dédicaces anglo-saxonnes.

Vous pourriez aussi aimer...

1 comment

Répondre à Emilie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *